Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

Prochaine émission, le dimanche 28 mai 2017 à 20h00

 
 

Pour l' émission de ce dimanche 23 avril 2017 à 20h00 cliquez sur l'image... on vous souhaite une excellente soirée !

Vign_actuemissionavril
pour l'émission du 28 mai 2017
Vign_actupan

Pan dans le mille ! 

 

L’hebdomadaire satirique belge ‘Pan’ a été créé en janvier 1945 par un trio de farfelus emmené par Léo Campion un chansonnier, caricaturiste, anarchiste, libre-penseur, pataphysicien et caricaturiste. Rien que ça.

 

Orienté nettement à gauche, la revue qui contenait quatre pages petit format connut d’abord un vrai succès (plus de 25.000 exemplaires par semaine) puis le barde (il était barbu) partit à Paris pour fonder avec Pierre Dac le célèbre « Caveau de la République »

 

Du coup « Pan » retomba comme un soufflé et perdit les ¾ de ses lecteurs jusqu’au moment ou un certain Ivan du Monceau de Bergendal le racheta dans les annnées 50 pour en confier la gestion à Henri Vellut comme rédacteur et Paul Jamin alias Alidor comme dessinateur maison.

 

Problème : Henri du Monceau était un magistrat démis de sa fonction suite à sa collaboration avec l’ennemi durant la guerre tandis qu’ Alidor sortait de prison pour les mêmes raisons.

 

Du coup l’hebdo vira carrément à l’extrême droite. Mais son tirage reprit pour atteindre les 20.000 exemplaires.

 

En 1988, nouveau rebondissement, l’hebdo passe dans les mains d’un homme d’affaire Stephane Jourdain qui se brouille avec l’équipe en place. Celle-ci le quitte alors et crée un hebdo concurrent « Père Ubu » toujours dans la même lignée, anti-islam, anti-immigrés… anti-tout en fin de compte.

 

Un constat : avec ‘Pan’ et ‘Père Ubu’, il  y avait un journal de trop.

 

En 2004, Père Ubu rachète son concurrent et devient ‘Père Ubu Pan dans le mille’ puis à nouveau cette année et définitivement ‘Pan’ comme lors de sa création après la guerre.

 

Vous avez compris ? Non ? C’est normal.

 

 

Aussi avons-nous essayé d’y voir un peu plus clair avec le nouveau rédac chef de la revue, le blogueur, polémiste et écrivain Marcel Sel qui se déclare réactionnaire mais à gauche (c’est un vrai carrousel)  et est également une des plumes d’André Lamy dans l’émission humoristique « Votez pour moi » qu’on peut entendre chaque matin sur Bel RTL.

 

Une chose est certaine, qu’elle soit de gauche, de droite, du centre, en haut ou en bas, une démocratie ne peut pas se passer d’un ‘Canard’ ou d’un ‘Charly’… à la belge.

 

pour l'émission du 28 mai 2017
Vign_actuwittock

Le Wittockiana, le musée de la Reliure et des Arts du Livre de Bruxelles.

 

Il arrive parfois que le contenant soit plus important que le contenu !

 

Michel Wittock a commencé avant-guerre (il avait alors 13 ans et courrait en culottes courtes dans la cour de l’école de Maredsous) une collection de livres qui est devenue aujourd’hui emblématique.

 

A vrai dire, ce n’était pas tellement le texte qui l’intéressait mais l’objet et surtout sa reliure. Depuis il est devenu un des plus grands collectionneurs d’Europe au point d’avoir consacré un musée privé à sa passion. Il l’a appelé « le Wittockiana » en latinisant son nom pour ne pas avoir de problèmes linguistiques.

 

Un endroit unique, situé à deux pas du parc de Woluwe qui accueille des expositions temporaires et abrite un atelier de reliure renommé.

pour l'émission du 28 mai 2017
Vign_actueghezeechaos

Sarah Prévinaire, étudiante en communications, blogueuse littéraire, animatrice radio sur Fréquence Eghezée et demain ?

 

Fréquence Eghezée est une radio locale privée de la région de Namur dont la portée périphérique n’excède pas trente kilomètres mais dont la région ne pourrait pas se passer car elle parle des gens du crû, fait à très bon compte la publicité des commerces locaux et dynamise l’agglomération comme un petit centre culturel.

 

Sarah y présente ses émissions depuis l’âge de 15 ans (son père était déjà dans la station) et gravit pas à pas les marches qui mènent à son nouveau métier : les médias qu’elle étudie à l’université de Liège. C’est la nouvelle génération qui allie le pratique au théorique et fonce, que ce soit sur internet ou sur les ondes. Et qui  sait, demain la télé ?

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actupolar


Le Boulevard du Polar en juin !

 

C’est un vrai coup de génie,

pour lancer son Boulevard du Polar ou festival du polar si vous préférez, édition numéro 2 qui aura lieu en juin prochain aux ateliers Coppens de Bruxelles, Ana Garcia et Roberto Cassol n’ ont pas hésité à organiser une pré-annonce en fanfare en s’ installant avec armes et bagages au sein du BIFF, le festival du film fantastique qui vient de se dérouler ce mois-ci au Bozar.

Le BIFFF en est à sa 35° édition et son créateur Freddy Bozzo a réussi à en faire un événement international, repris en long et en large par la presse et les médias, un évènement et qui brasse désormais des dizaines de milliers de visiteurs

Du coup se rendre au BIFFF c’est quelque part se préparer à aller voir le Boulevard et c’est vrai que les deux évènements sont dans la lignée et interessent le même genre de pubic.

cette année, les 16,17 et 18 juin, la marraine du Boulevard sera Nadine Monfils qu’on vous a présenté le mois dernier. Une reine du polar trash, rigolo et trhillant dont la grande Zidani a lu un  extrait du dernier livre…

 

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actusamaritaine


Le café chantant « la Samaritaine », situé rue de la Samaritaine à Bruxelles, à deux pas du Sablon,  va fermer ses portes fin juillet pour cause de travaux.

 

Les spectacles déjà programmés pour la saison seront donnés au théâtre de la Toison d’Or.

 

Et puis après ?

 

Hé bien on ne sait pas nous déclare Christian Labeau le président de l’ asbl ! Les travaux dureront une année et ensuite on verra… une chose semble assurée, Huguette Van Dyck l’icône, celle qui incarne et a créé ce lieu mythique ne reviendra pas. Une retraite bien mérité après plus de 30 ans de bons et loyaux services.

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actuquai10


Le Quai 10, Quai Arthur Rimbaud à Charleroi ! 
 
Charleroi change à une vitesse vv’, surtout la ville basse près de la gare, le long des quais de la Sambre et aux abords du nouveau complexe Rive Gauche. Il ne reste plus qu’à repeindre le Lucky Luke et le Marsupilami pour que cette cité que certains trouvaient sale, dangereuse et noire charbon devienne un joli centre touristique.
 
Le Quai 10, c’est un centre culturel construit sur l’emplacement de l’ancienne Banque  Nationale des années 60. Avec une brasserie élégante où on mange un menu délicieux à 13 euros et 4 salles de cinéma où on projette les films vedette mais aussi ceux d’Art et Essai.
 
Mais le Quai 10 c’est aussi (et ça c’est unique en Belgique et dans une bonne partie de l’Europe) un tout nouveau centre dédié à l’image animée et interactive. Plus d’avant-garde du meurs. 
 
Le jeu vidéo dans toute sa splendeur avec des artistes pour expliquer, démontrer et expliquer que c’est un neuvième ou dixième art en fermentation. C’est plein de jeunes enthousiastes, joyeux et désireux d’apprendre et ça, ça vaut tous les musées du monde. 
 
Un reportage de la carolo de service, Carine-Laure Desguin.



pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actumalice



Le grand ? Le possible ? le vrai retour d’ Anne-Sophie Malice ?

 

Anne-Sophie a fusé en 2008 avec deux recueils de poésie très étranges : « Errance chimérique en Ataraxie » puis « Docteur rock’n’roll et Mister Black and White ». Deux livres qu’on a applaudit les poings serrés pour la paraphraser, en découvrant une jeune femme déchirée qui riait pour ne pas pleurer.


Une figure tellement originale qu’elle fut choisie pour présenter les premières émissions d’ ACTU-tv. C’était encore l’époque des balbutiements.


Puis soudain… plus rien. Ou plus exactement un drame dans sa vie dont elle ne ressort qu’aujourd’hui, après cinq ans d’absence, avec  deux livres. Un premier, poignant, qui tente d’expliquer « Lettres ouvertes à Pierre » et un second « BB12 » dans lequel on retrouve une petite Anne qui reprend goût à la vie et nous propose de nouveaux poèmes dans la lignée des premiers….


« Je suis une Mélusine en nougatine… une cabotine en paraffine… je pensais que personne ne voudrait s’afficher avec une femme au teint jaune citron. Qui donc aurait voulu tenir la main d’un agrume ou embrasser des vitamines ! »


Et ce dernier cri : « rafistolez-moi, adoptez-moi » !

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actumarabout



La grande aventure des éditions Marabout

Les éditions Marabout créées en 1949 par deux scouts, dont l’un André Gérard était imprimeur (Marabout était son totem) ont été avec Casterman les plus grandes maisons d'édition de la Belgique du XXième siècle.

Pas de mystère explique l’écrivain et académicien Jean-Baptiste Baronian qui y fut pendant dix ans directeur de collection : c’est chez Marabout que parurent dans les années cinquante les premiers livres de poche bon marché aux couvertures plastifiées présentant des dessins couleurs accrocheurs et impressionnants.

Avec comme première vedette incontestée, le fameux Bob Morane d’Henri Vernes. Suivi par la suite des monstres sacrés du fantastique que furent Jean Ray, Thomas Owen ou Gérard Prévot.

Une aventure fascinante racontée avec bonhommie par quelqu’un qui à l’époque ne savait pas qu’il entrait dans l’histoire.


pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actubila

Le BILA de Chaudfontaine (Liège), sympa et unique !

 

Le BILA pour « bibliothèque des littératures d’aventures » situé sur les hauteurs de Liège est non seulement un endroit super sympa mais unique !

 

Unique, car cette institution s’est spécialisée dans ce qu’on appelait autrefois la para littérature ou si vous préférez les livres de gare, policiers et petites histoires sentimentales qu’on lisait dans le train entre deux stations. Des bouquins que les intellectuels considéraient de très haut mais qui parfois sont devenus culte et plus célèbres que les écrits des grands maitres.

 

Jean Ray, Stanislas André Steeman, Buffalo Bill, Tarzan sans oublier les héros du fantastique comme Dracula, les loups-garous et autres monstres issus de l’imagerie populaire : tous ces livres appartiennent désormais à ce genre particulier mais particulièrement fécond.

 

Sans oublier la centaine de petits fascicules qu’Arnould Galopin écrivit dans les années 20 à l’attention de la jeunesse dans le droit sillage de son modèle Jules Vernes.

 

Nous en parlerons un de ces jours. Promis !

 

Une visite passionnante avec Dick Tomasovic l’attaché scientifique des lieux.

 


pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actufleurpapier

La Petite Fleur en Papier Doré, rue des Alexiens à Bruxelles

 

C’était dans les années d’avant-guerre le lieu de rendez-vous des surréalistes et des membres du groupe Cobra. René Magritte, Marcel Marien, Louis Scutenaire, Camille Goemans, Paul Nougé… et plus tard des jeunettes comme Liliane Wouters ou Françoise Mallet-Joris venaient y boire une Kriek ou « slurper » une soupe à l’oignon.

 

Le maître d’œuvre était un gallérieste du Nom de Geert Van Bruaene qu’on surnommait familièrement le petit Gérard ou Gérard le brocanteur, Gérard l’ Absolu ou même Gérard la crapule…

 

Ils étaient fous et bambocheurs, doués comme cochons mais ne s’en rendaient pas compte, inconnus mais promis à la célébrité.

 

Aujourd’hui cet estaminet fait partie du patrimoine et a été restauré à l’ancienne. On s’y croirait.

 

Une visite guidée avec Monique Vrins

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actudeghelderode

Un tout grand du théâtre belge 

 

Michel de Ghelderode (alias Adémar Martens) est sans conteste avec Fernand Crommelynck (dont nous parlerons par ailleurs) un des tout grands auteurs du théâtre belge. Des pièces lyriques et folles où le drame se mêle à la gaudriole,  avec des rois et des bouffons qui s’agitent comme des marionnettes qui auraient coupé leurs fils. Et la mort pour mettre de l’ordre dans tout ça… du Ionesco ou même du Dario Fo avant la lettre.

 

Son œuvre débute en 1918 à l’âge de 20 ans avec « La mort regarde à la fenêtre ». Puis une succession ininterrompue de titres qui ont marqué la scène d’avant-guerre comme « Escurial », « Barabass », l’étrange et inquiétant « Sire Halewijn » et enfin le point d’orgue avec « la balade du grand macabre ».

 

La guerre 40-45 le lance à Paris avec « La guerre des bouffons » mais lui vaudra ensuite quelques ennuis, car trop proche de l’Ordre Nouveau et des allemands.

 

On le considère aujourd'hui à juste titre comme une statue de la littérature belge et pourtant… il ne connut jamais une vie aisée et ne dépassa jamais la statut d’employé subalterne à la commune de Schaerbeek.

 

Un portrait vivant et fort instructif de l’homme par Marc Quaghebeur, directeur du Musée et des archives de la littérature de Bruxelles.

 

 


pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actubxfm

Les radios en Belgique francophone

 

On compte une centaine de radios FM en Belgique francophone, parmi lesquelles 

 

Cinq émetteurs communautaires qui couvrent l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles ( la RTBF, le groupe Bel RTL-Contact, Nostalie-NRJ etc…)

 

Cinq radios régionales qu’on entend dans les régions de Namur, Liège, Charleroi, le Brabant wallon et Bruxelles.


Et enfin, une septantaine de radios locales animées par des associations comme Arabel, Judaïca etc… des centres culturels ou plus simplement des sociétés privées comme Charleking par exemple.

 

Philippe Sala est un des responsables de BXFM, la radio pop rock de Bruxelles et des expats européens. Il est également président d’une association qui regroupe une trentaine de radios privées, donc quelqu’un qui s’y retrouve dans la constellation de tous ces émetteurs qui naissent, meurent, changent de nom ou progressent et préparent la radio numérique de demain.

 

Cahier, crayon, prenez des notes, car ça comptera pour l’examen !

pour l'émission du 23 avril 2017
Vign_actuwilwerth

« Les théâtrines d’ Evelyne » une pièce d’ Evelyne Wilwerth à

«La Clarencière » du 26 au 29 avril 2017

A votre avis que fait Evelyne Wilwerth lorsqu’elle n’écrit pas ? Elle suscite l’écriture chez les autres dans ses ateliers ou fait jouer ses pièces…

L’une d’elles « Hortense, ta pétillance » a tenu pendant 15 ans sur les scènes belges et françaises. Un vrai succès.

Depuis elle a publié plus de 40 ouvrages, romans, livres pour la jeunesse, poèmes, essais et une biographie remarquée de Neel Doff, une écrivaine neerlandaise d’ expression française qui connut au 19° siècle l’ extrême pauvreté (y compris la prostitution) à Anvers avant de poser pour Daniel Rops et épouser la cause du socialisme.

« Les théâtrines d’ Evelyne » c’est une succession de petites scenettes où se mêlent humour, émotion, sensualité et petits faits de la vie.

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_teasermars

Bande - annonce de l'émission du dimanche 26 mars 2017 à 20h00 

ACTU-tv est fière de vous signaler qu'elle vient de franchir sur sa chaîne YouTube le cap des 900 reportages et celui des 200.000 vues...

Un chiffre significatif pour une émission à vocation littéraire.

Merci à toute l'équipe !

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actudecoster

Charles De Coster, incompris de son vivant et célèbre après sa mort !


Charles De Coster, c’est une œuvre, une seule, qui a fait le tour du monde, a été traduite dans 36 langues et adaptée en bédé, au cinéma, au théâtre… « La légende de Till Ulenspiegel ».


Né à Damme près de Bruges pour De Coster, ce personnage de la littérature allemande né en Saxe vers 1500 devient sous la plume de l’auteur « le » héros flamand du 16° siècle qui résiste à l’ occupant espagnol, une sorte de Pïrlouit facétieux, ingénieux et parfois héroïque qu’accompagne partout son ami Lamme Goedzak, un goinfre philosophe qui ressemble   à ces paysans rondouillard qui dansent et font la ronde dans les tableaux de Breughel l’ancien.

 

Uylenspiegel signifie en allemand « la chouette au miroir », le symbole du fou ou du bouffon qui vous demande de vous regarder avant de pérorer ». En gros «Je t’emmerde ».


Charles De Coster n’a jamais connu la gloire dans sa vie, on peut même dire qu’il a vécu chichement. Faut dire qu’il fréquentait plus les tavernes et cabarets littéraires que les ateliers ou les bureaux. Ses amis ont dû se cotiser pour lui assurer un enterrement décent à Ixelles où il déménageait constamment pour fuir ses créanciers…


Et puis soudain, quinze ans à peine après sa  mort, le monde littéraire belge puis international se rend compte qu’il avait écrit quelque chose d’unique et profondément original. Qu’il était un tout grand !


 Un exposé de Marc Quaghebeur.

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actuarmel

 Socrate a-t-il vraiment existé et a-t-il bu la cigüe ? Une lecture spectacle d’un texte d’ Armel Job

 

C’était la toute grosse affluence au Centre Culturel d’ Uccle pour écouter la lecture spectacle de la dernière pièce de théâtre d’ Armel Job « L’évasion de Socrate ». Comme quoi les gens arrivent encore à se détgacher de leur télé pour aller voir des acteurs qui parlent de culture et de philosophie.  

 

Faut dire qu’il  y avait sur scène Alexandre Von Sivers (qu’on ne présente plus) aux côtés de jeunes comédiens plein d’avenir : Myriem Akkeddiou, Jacques Neefs et Simon Willame.

 

Les questions à poser : Un, Socrate qu’on considère parfois comme un saint laïque a-t-il réellement existé ? A- -il vraiment bu la cigüe après son procès ou a t-il réussi à s’échapper ? Trois, sa pensée est elle encore utile dans une période aussi confuse que celle que nous vivons ?

 

Une triple interview d’Armel Job l’auteur, Jean-Claude Idée le scénographe et  fondateur avec Michel Onfray de l’Université du théâtre et Alexandre Von Sivers.


pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actumonfils

Le polar belge se porte très bien, même à Paris !


Nadine Monfils est une touche à tout de génie (théâtre, littérature, photos, collages, cinéma…), une auteure belge qui est montée à Paris et a réussi avec sa gouaille, son humour déjanté mais aussi et surtout beaucoup, beaucoup de boulot et d’ obstination


à se faire un nom et gagner l’amitié de célébrités comme Annie Cordy, Didier Bourdon, Michel Blanc, Josiane Balasko, Dominique Lavanant, BouliLamers etc… qui ont accepté de jouer dans ses films.


 Mais son truc, c’est avant tout la littérature. Plus de 80 livres ! Elle fait désormais partie des grandes « polardeuses » et thrilleuses du roman français et c’est dans son nid douillet de Nil-Saint-Vincent où elle ne retourne plus qu’épisodiquement que la maman de Mémé Cornemuse et Johnny Cadillac nous a reçus.

 

Léon, son  petit cabot maison a bien tenté de nous empêcher de travailler en aboyant, sautant ou en revenant 36 fois avec une baballe mais en définitive, tout s’est bien passé.

 

Enfin presque… On ne ressort jamais tout à fait le même après une telle rencontre. Est-ce elle ou nous qui travaillons du chapeau ?

 

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actulegrand

 

CrYature, un projet multimedia révolutionnaire de Fredo, Frédéric Legrand !

 

Mais de quoi s’agit-il bon sang ? Un clip ? Que nenni. Un court métrage ? Que nenni. De la télé, de la 3D, un jeu video ? Que nenni. En fait, il faut y assister pour comprendre, car ce spectacle qui a déjà été présenté au Quai 10 de  Charleroi est non seulement révolutionnaire mais interactif et associe le public a son déroulement. On peut intervenir que ce soit par la voix, via son portable… Bref, on y trouvera tout ce qu’offre le multimedia.

 

Aux commandes, Fredo qui compte sur ce projet pour réussir sa dernière année à la Haute école provinciale Condorcet et dont on connaît déjà les courts métrages à la Tim Burton comme « Une journée pas très rose », « Edgard et la Douze Demoizelle » ou « Tibiacity », mais pas que !

 

Toute la jeunesse carolo y est associée : Lola Destercq qu’on ne présente plus,  la petite Elsa Houben qui jouait le  rôle de la gamine dans la série télé « Ennemi Public », Fabienne Bernard des studio Franco Dragone, Nathanaël Debroux de radio  Charleking etc… etc…

 

Un  reportage de Carine Laure Desguin.

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actu24heures

« 24 heures héro », une descente en enfer !

 

Ils sont deux, saphir Essiaf, travailleur social et Philippe Dylewsky ex détective et maintenant  coach en entreprise, tous deux  professeurs de close combat (bien utile quand on va se promener pendant un an dans les squats de Charleroi).

 

Ils ont retranscris à quatre mains les témoignages affolants, horrifiants des camés qui traînent dans les caves des maisons abandonnées pour en faire un livre que vous recevez comme un coup de poing en peine gueule ! Gare les yeux !

 

Pas besoin de littérature, il suffit de laisser courir la bande son et décrire une journée de 24 heures d’un couple de malades, Arnaud et Nadia,  dont la seule préoccupation, minute après minute, est et de trouver un dealer avec un pacson bien garni.

 

Présenté en avant-première en novembre  au salon du livre de Farciennes, le bouquin publié en auto édition part comme des petits pains : plus de 1.250 déjà !

 

Du coup les deux amis ont décidé de créer leur propre maison d’édition « Fièvre Jaune ». Qui a dit que le livre se porte mal ?

 

Un reportage de Carine Laure Desguin


pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actucadillac

Johnny Cadillac le sosie parfait de… Johnny Cadillac

Pourquoi évoquer dans cette émission le parcours pour le moins cahoteux d’ Alex de Thuin ?

Engagé dans la marine marchande à l’âge de 15 ans sur la ligne Anvers-Rio-de-Janeiro, puis garçon de café et bien d’autres boulots alimentaires, on lui propose (mais il a alors déjà la cinquantaine) de participer sur TF1 à un grand concours de sosies qu’il remporte haut la main.

Sa carrière tardive mais réelle est lancée. Il faut dire que sa ressemblance avec le vrai Johnny est frappante et, cerise sur le gâteau, sa voix et surtout son punch sur scène fort proches.

Au rythme de septante spectacles par an il se met à écumer les salles de France et Navarre MAIS PAS QUE…

Johnny Cadillac n’est pas un imitateur de Johnny, pourtant son idole, mais un interprète de ses chansons. Un gars puissant et charismatique qui mène sa vie comme on se bagarre, à coups de poings, et ne laisse personne indifférent. A commencer par les juges devant qui il se présentera une cinquantaine de fois !

On le retrouve dans les films déjantés de Jean-Jacques Rousseau, dans un des rôles majeurs du film « Marbie Star » où il crève l’écran et il devient même un des personnages mythiques de l’écrivaine de polars Nadine Monfils qu’on retrouve par ailleurs dans l’émission.

Le portrait haut en couleurs d’un gros dur machiste qui a en réalité un coeur comme du beurre !

pour l'émission du 26 mars 2017
Vign_actuowen

Thomas Owen, un homme à facettes: industriel, chroniqueur artistique et auteur de romans fantastiques

Thomas Owen est indissociable de Jean Ray dans l'histoire de la littérature fantastique belge d'après-guerre. Tous deux sont passé chez l'éditeur verviétois Marabout et se sont fait connaître avec des livres de format poche aux couvertures agressives.

Tous deux ont connu ensuite des succès incroyables, y compris en France, et nombre de leurs écrits ont été adaptés pour le cinéma ou la télé.

Thomas Owen fut également un critique d'art renommé. On lui compte plus de 15.000 articles dans la Libre Belgique, les Echos ou le Phare Dimanche (aujourd'hui disparu) avec cette particularité cocasse que jamais il n'a écrit une seule ligne sur René Magritte qu'il a tout simplement loupé ! Comme quoi...

C'était sous son véritable nom, Gérald Bertot, un homme d'affaires réussi qui roulait dans une grosse voiture avec chauffeur.

On vous le disait, une personnalité à facettes que nous présente Jean-Baptiste Baronian qui l'a fort bien connu tout d'abord comme directeur d'éditions chez Marabout puis quelques années plus tard, en 2001,  lorsqu'il fut amené à reprendre son siège vacant à l' Académie Royale.



pour l'émission du 26 février 2017
Vign_navetcagoule

Le "Navet Cagoulé" et de retour !

Triste nouvelle, nous pensions être débarrassé du "Navet Cagoulé", hé bien non !

Ce triste cucurbitacé anonyme est de retour, toujours aussi médisant et d'une mauvaise foi crasse. Le mieux serait de le découper et le manger mais voilà... personne dans l'équipe n'aime ça..

 
© 2014
Créer un site avec WebSelf